Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/09/2017 n 06:37
ACCUEILn Article n°82.1 n 22:18 n 16/07/13 n Editeur : csv
Actualités 13/7 - juillet 2013


Au fil de l'actualité locale mais aussi avec notre regard sur les évènements nationaux et internationaux, ce site vous invite à entrer dans la culture de la non-violence, de la "régulation sans violence des conflits" et à découvrir le MAN, Mouvement pour une Alternative Non-violente et son relais en Aveyron...


Soixante-deuxième cercle de silence à Rodez
30 juillet 2013

20 personnes se sont retrouvées au cœur de l'été, au milieu des touristes et passants nombreux et curieux, pour un nouveau cercle de silence à Rodez.

3 ans après le discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy de triste mémoire et quelques jours après les propos xénophobes contre les Roms de Christian Estrosi et Jean-Marie Le Pen, les appels à un autre type de vivre ensemble gardent toute leur actualité...

-

Voir les échos des cercles de silence de Rodez



Décès d'Henri Alleg, auteur de la Question
24 juillet 2013

-"Henri Alleg est mort le 17 juillet 2013. C'est en écrivant et publiant le récit de ses séances de torture par les paras du général Massu qu'il a contribué à faire ouvrir les yeux sur la réalité de la torture pratiquée par l'armée française durant la guerre d'Algérie.

Henri Alleg nous a quitté". C'est par ces mots que commence le communiqué publié sur le site des "anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre".

"Victime de la torture pour son engagement en faveur de l’indépendance algérienne, il a continué son combat en tant que journaliste, écrivain, et témoin dans de nombreux colloques et manifestations. Chaque année, il participait au lancement de la semaine « anticoloniale ».


Il avait 91 ans, dont 73 passés à militer contre la guerre et le colonialisme, et pour la paix dans le monde. Premier à dénoncer la torture en Algérie, alors qu’il était directeur du quotidien « Alger Républicain », il l’avait subie lui-même, tout comme son ami Maurice Audin, en pleine bataille d’Alger en 1957..."

Lire la suite



Décès de Senji YAMAGUCHI, survivant du bombardement de
Nagasaki, figure du mouvement contre les armes
nucléaire

24 juillet 2013

g*Dans le silence et l'indifférence des médias français est décédé Senji YAMAGUCHI le 6 juillet 2013, à l’âge de 82 ans. Il était un survivant du bombardement atomique de Nagasaki et une figure du mouvement contre les armes nucléaires le Mouvement de la Paix en retrace la mémoire */g*:

-


"Survivant du bombardement atomique de Nagasaki, il était une figure du mouvement japonais pour le désarmement nucléaire. Il participa à la création du Conseil des survivants du bombardement de Nagasaki, fut un des trois porte-parole de l’organisation japonaise Nihon Hidankyo (Confédération japonaise des organisations des victimes des bombardements atomiques) pendant 29 ans.

Lire la suite



L'avenir s'éclaire pou la société Civile des terres du Larzac
19 juillet 2013

Les militants qui ont fait du Larzac un sanctuaire de l'agriculture paysanne autogérée après avoir obtenu l'abandon de l'extension d'un camp militaire, ont fêté jeudi une nouvelle victoire qui met le plateau à l'abri des convoitises jusqu'en 2083. (Voir sur Larzac.org)

Ci-dessous une dépêche de l'AFP qui rend compte de la visite de Stéphane Lefoll, Ministre de l'Agriculture, à Société civile des terres du Larzac (SCTL). Il a signé la prolongation jusqu'en 2083. Le bail accordé en 1985 par l'Etat à leur collectivité devait s'achever en 2045 :

-



"Les paysans installés sur le plateau du Larzac ont signé jeudi avec le ministre de l’Agriculture la prolongation de 2045 à 2083 du bail accordé par l’Etat à leur société de gestion collective des 6 300 hectares de terre autrefois destinées à l’armée.

José Bové et deux autres gérants de la Société civile des terres du Larzac (SCTL) signataires de l’avenant avec Stéphane Le Foll...

Lire la suite



Albert Camus ou le refus du meurtre
15 juillet 2013

A l'occasion du centenaire de la naissance d'Albert camus, la revue Alternatives Non-Violentes s'interroge sur l'héritage de Camus, en le confrontant à la réflexion actuelle sur la non-violence :

-


Edito de François Vaillant :

Albert Camus (1913-1960) vient d’une famille pauvre des banlieues d’Alger, sa mère, Catherine, femme de ménage, n’a jamais su lire. Son père, Lucien, caviste, est mort à la guerre de 1914-18, laissant son enfant orphelin à l’âge de trois ans et demi.

Albert Camus s’est battu du côté des ouvriers exploités, mais comme il a eu le courage de critiquer âprement la violence des régimes communistes en URSS puis en Europe de l’Est, certains le réduisent à un anti-communiste.

Camus a insufflé la révolte, la dignité et la liberté dans ses romans et pièces de théâtre. Certains bourgeois tranquilles et quelques capitalistes affairés en quête de références littéraires cherchent toujours s’emparer de son héritage intellectuel. Il n’est pas leur philosophe..

Lire la suite



Pilotes de drones - Les blessures à l'âme des tueurs à distance
13 juillet 2013

Un article du Monde du mercredi 19 juin 2013 évoques les drones, ces nouvelles armes qui permettent de pratiquer à des milliers de km de distance des assassinats télécommandés, le plus souvent sur des critères extrêmement imprécis et invérifiables :


-



"Deux des trois gars que nous pourchassions étaient morts, mais le troisième avait perdu sa jambe droite, et il courait encore... Et je regardais ce type se vider de son sang." Brandon Bryan observait sur l'écran de contrôle les conséquences du tir, depuis un drone Predator, de trois missiles qu'il venait de déclencher en Afghanistan, à plus de 10 000 km du cockpit climatisé où il était assis, dans le Nevada. Là-bas, l'homme était en train de mourir...


Lire la suite




L’humour et la non-violence, nouveaux modes d’action en Turquie
7 juillet 2013


« Le peuple de Turquie a exprimé sa volonté de vivre, et de vivre comme il veut ».
Emine Sarikartal, doctorante à l’université de Paris-Ouest, 28 juin 2013, à l’Ecole des hautes études en sciences sociales


-
-Face à la répression violente du gouvernement turc, la résistante se met en place, souvent non-violente. Jean-Christophe Ploquin s'en fait l'écho dans un article publié le 4 juillet 2013 sur le blog de la Croix "Paris Planète" sous le titre : "L’humour et la non-violence, nouveaux modes d’action en Turquie" :

"Le parc Gezi d’Istanbul a retrouvé un semblant de calme. Haut-lieu des manifestations qui ont défié le pouvoir du premier ministre Recep Tayyip Erdogan, du 27 mai au 15 juin, le site est aujourd’hui investi par les jardiniers municipaux qui replantent et restaurent les espaces occupés pendants des nuits par la foule. Un tribunal administratif examine actuellement un recours contre le projet de construction de centre commercial à l’origine de la mobilisation.

Ponctuellement, des manifestants se réunissent encore sur la place Taksim, mitoyenne, ou dans d’autres espaces publics de la ville. Beaucoup pensent que le mouvement de contestation contre le régime islamo-conservateur du premier ministre Erdogan resurgira, d’un jour à l’autre, pour une raison ou pour une autre.

À Paris, des universitaires turcs ou spécialistes de la Turquie ont suivi avec une grande attention le mouvement du parc Gezi. Inquiet de l’évolution d’un régime qu’il juge de plus en plus liberticide, ils ont créé en novembre 2011 un Groupe international de travail « Liberté de recherche et d’enseignement en Turquie"...


Lire la suite




Jeux vidéo et violences - briser les idées reçues
4 juillet 2013

Le numéro 329 de juillet 2013 de la revue Non-Violence actualités aborde la question du lien entre la violence et les jeux vidéo : une analyse un peu fine de choses est nécessaire pour mieux comprendre ce qui se joue là :

-


Edito :

"Les jeux vidéo reviennent régulièrement sur le devant de la scène médiatique depuis le massacre de Columbine en 1999 aux États-Unis, où deux étudiants tuèrent douze de leurs camarades et en blessèrent vingt et un. A chaque nouvelle tuerie, ces jeux violents sont désignés coupables car ils invitent les joueurs à tirer sur tout ce qui bouge. Plusieurs fois, le Congrès Américain s’est posé la question de leur interdiction et une taxe est en projet. Des études ont été commandées pour déterminer leur impact. Mais à cette heure, le lien direct entre la violence du jeu et la violence du joueur et à interroger..."

Lire la suite

Lire les actualités précédentes

Edité par csv, le 01/08/13 à 08:15

Commenter l'article 82 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >

Désarmement nucléaire :
conférence avec
Hervé de Truchis


-

Voir le compte-rendu











cercle de silence

-

dernier mardi du mois
cercle de silence

Rodez
Préfecture
18 h





"Une expérience en Aveyron à l'écoute des enfants"

-


Télécharger le document (3 Mo)




Participez aux ateliers de communication relationnelle proposés par l'IFMAN





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN





-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1313 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 7041

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site