Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/04/2019 n 07:51
DESARMEMENTn Article n°7.1 n 19:34 n 06/05/13 n Editeur : csv
8 mai 2013
La dissuasion nucléaire a-t-elle encore un sens ?


La dissuasion nucléaire a-t-elle encore un sens ? : c'est le thème abordé par France-Culture le 29 avril 2013 dans son émission "Du grain à moudre", animée par Hervé Gardette, et qui voulait briser le tabou autour d'un soi-disant consensus en France sur ce thème.

En fait de lever un tabou, la radio nationale s'est contentée de faire débattre deux anciens généraux de l'armée aérienne... Du moins ont-ils pu montrer au grand jour que ce débat existe et qu'il mérite d'être réapproprié par les citoyens. Au demeurant, les partisans du désarmement nucléaire unilatéral trouveront des réflexions intéressantes dans ces propos et particulièrement dans ceux du général Norlain qui n'y va pas de main morte dans sa critique du dogme de la dissuasion.

Pour approfondir ce débat et quelques jours après l'accident du missile M51 au dessus de la Bretagne, le MAN Aveyron vous donne rendez-vous pour une conférence débat avec Jean-Marie-Muller qui aura lieu le 29 mai à 20h30 à Rodez, salle Saint Eloi.

-
Spectaculaire destruction en vol d’un missile nucléaire tout près des côtes de Bretagne le 5 mai ! Heureusement, ce missile ne comportait pas de charge nucléaire


Retour sur l'émission qui peut être réécoutée ici :

-


Introduction :
"Les temps sont durs. L’armée va devoir se serrer le ceinturon. C’est ce qui ressort du tout nouveau Livre blanc de la défense, 4e du nom, remis ce matin au chef de l’Etat. Les préconisations sont raccord avec les exigences de rigueur budgétaire : d’ici à 2020, l’armée va devoir trancher dans ses effectifs. 34 000 postes devraient être supprimés.

Des efforts importants donc, mais selon quelle ventilation ? C’est que devra établir la prochaine loi de programmation militaire, discutée à l’automne prochain au Parlement. Seule certitude : la force de dissuasion nucléaire sera épargnée. Car c’est une règle intangible en France depuis un bon demi-siècle : on ne touche pas à la dissuasion.

D’aucuns s’y sont essayé, comme Michel Rocard l’an dernier, qui préconisait de la supprimer pour faire des économies. Mal lui en a pris : l’ancien premier ministre a fermement été invité à ne plus proférer pareille ineptie. Car on ne parle pas non plus de la dissuasion nucléaire en France. Ni de son véritable coût. Ni de sa véritable utilité.

En ces temps de transparence absolue, voilà un domaine où l’opacité est la règle. A moins que le consensus soit tellement répandu qu’il paraisse vain d’ouvrir un débat sur un sujet qui ne s’y prête justement pas. C’est ce que nous allons tenter de vérifier ce soir."

Invités :
Etienne Copel, vice-président du Haut comité français pour la Défense civile, ancien général de l'armée de l'aire
Général Bernard Norlain, ancien général de l’armée aérienne en 2ème section, ancien chef de cabinet militaire de Michel Rocard et de Jacques Chirac, co-auteur avec Paul Quilès et Jean-Marie Collin de l'ouvrage : "Arrêtez la bombe"

Etienne Copel :
Il y a consensus sur ce thème par ignorance : la plupart des députés ont voté un budget de 6 milliards d'euros pour la simulation des essais nucléaires sans le savoir : il n'y a pas eu de débat à l'assemblée depuis 1995 ! Et ce alors que la dissuasion nucléaire représente 25 % de nos crédits d'équipements.

la doctrine du non-emploi de l'arme nucléaire est çà éclater de rire. C'est ce qu'a fait Mao lorsque Maurice Schumann lui a expliqué que l'arme était faite pour faire peur mais pas pour être employée.

A propos du Traité de Non prolifération (TNP) signé par la France : ne surenchérissons pas en modernisant en permanence nos armes nucléaires alors qu'on interdit aux autres pays d'en avoir.

Bernard Norlain :
Il y a un tabou et de la désinformation sur ce thème en France. Notre ouvrage montre que le "consensus empêche le débat.

Ce consensus entre experts, militaires, journalistes et hommes politiques exprime l'idée que la dissuasion nucléaire est l'alpha et l'oméga de notre sécurité, sa garantie ultime. Nous disons que c'est une erreur fondamentale, une nouvelle ligne Maginot. L'arme nucléaire n'a plus aucun intérêt stratégique dans le monde actuel : nous sommes désormais dans un monde multipolaire et interdépendant.

Notre problème et notre responsabilité d'états nucléaires c'est que nous proclamons que le nucléaire est la garantie de notre sécurité. On encourage ainsi la prolifération et, ne sachant pas maîtriser l'escalade nucléaire, on prend le risque de l'apocalypse nucléaire dont l'enjeu est la survie de l'Humanité.

A propos du TNP : nous ne respectons en fait pas notre obligation d'aller vers le désarmement nucléaire complet (article 6 du TNP). Nos réductions d'armement ne sont en fait qu'apparentes car en fait nous avons modernisé nos armes et nous continuons les essais au moyen de la simulation...

Lien vers la pétition du MAN pour le désarmement nucléaire unilatéral de la France



Edité par csv, le 08/05/13 à 09:02

Commenter l'article 7 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >
Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189648

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site