Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/09/2017 n 06:39
INTERNATIONALn Article n°312.1 n 22/08/17 n 06:02 n Editeur : csv
22 août 2017 - Hong-Kong
Peine sévères pour trois leaders du Mouvement des
parapluies


L'action non-violente est souvent une prise de risque et un chemin long et difficile. Dans un article du monde du 21 août 2017, on apprend comment "à Hongkong, Joshua Wong, Nathan Law et Alex Chow, les trois figures de proue du mouvement de protestation dit « des parapluies », ont été condamnés à de la prison pour « rassemblement illégal » en 2014. Un reflet de la pression accrue qui pèse sur les partisans de la démocratie."

-

Joshua Wong (au centre), entouré par Nathan Law (à gauche) et Alex Chow (à droite), s’adresse aux médias avant l’énoncé de la peine des trois figures de proue du « mouvement des parapluies », à Hongkong, le 17 août 2017. ANTHONY WALLACE / AFP


C’est une double peine, au sens littéral du terme. Joshua Wong, Nathan Law et Alex Chow, les trois figures de proue du « mouvement des parapluies » à Hongkong – un courant de protestation prodémocratique –, ont été condamnés en fin de semaine à respectivement six, huit et sept mois de prison ferme pour « rassemblement illégal » organisé en 2014. Une sentence qui en amène une autre : cinq ans d’inéligibilité aux élections locales. Hong Kong Free Press, South China Morning Post

En août 2016, MM. Wong et Law avaient été condamnés en première instance à des travaux d’intérêt général et M. Chow à trois semaines de prison avec sursis. Mais, dans un geste inédit, le parquet avait interjeté appel de ces deux décisions, jugées trop clémentes. Ce raidissement judiciaire – qui a drainé des milliers de manifestants dans la rue, dimanche, aux cris de « désobéissance civile, aucun regret » – représente un revers patent pour le territoire chinois semi-autonome dans son combat en faveur d’une émancipation accrue vis-à-vis de Pékin, estime le New York Times.

Lors du rassemblement du 26 septembre 2014, les trois militants avaient protesté devant le siège du gouvernement contre la volonté des hiérarques chinois d’imposer, par le biais d’un suffrage universel tronqué, une personnalité docile (sous-entendu : soumise à la doxa du PCC, le Parti communiste chinois) à la tête de l’exécutif local lors des élections de 2017. La police était intervenue pour les déloger, ce qui avait provoqué une vaste mobilisation populaire de soixante-dix-neuf jours.

Le risque, aujourd’hui, est que ces jeunes hommes deviennent les tout premiers prisonniers de conscience de la Région administrative spéciale (rétrocédée par les Britanniques à la Chine le 1er juillet 1997), ce qui ne manquerait pas d’écorner la réputation de celle-ci en tant que havre des libertés civiles.

Comme en écho, le site en ligne Quartz observe que les efforts déployés pour sanctionner les militants politiques se sont accentués au cours des derniers mois. De fait, de nombreux législateurs favorables à la démocratie ont été récusés au motif que leur prestation de serment posait problème – une manœuvre visant, selon certains, à réduire à quia les réfractaires et autres insoumis à la ligne idéologique fixée par le PCC.

Les associations de défense des droits de l’homme abondent dans ce sens. Pour elles, la posture adoptée par la justice hongkongaise a clairement des allures de vendetta. « La traque incessante et vindicative des leaders étudiants en invoquant des charges pour le moins vagues s’apparente à des représailles politiques de la part des autorités », cingle Mabel Au, directrice d’Amnesty International Hongkong.

Et maintenant ? A l’énoncé de sa peine, Joshua Wong a publié sur le réseau social Twitter un message dénué de toute ambiguïté quant à son état d’esprit : « Ils peuvent étouffer les manifestations, nous expulser du Parlement et nous enfermer. Mais ils ne parviendront pas à gagner le cœur et l’esprit des Hongkongais. (…) Nous n’abandonnerons pas. » Un défi lancé directement au pouvoir central de Xi Jinping."


Voir aussi dans le Courrier international du 21 août 2017 :
"Hong Kong. Le souffle du mouvement des parapluies n’est pas éteint"
Edité par csv, le 22/08/17 à 06:52

Commenter l'article 312 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >






C'est le moment !

-

Rejoignez la campagne du MAN





Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1313 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 7050

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site