Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
21/03/2019 n 14:34
INTERNATIONALn Article n°335.1 n 09:32 n 23/06/18 n Editeur : csv
23 juin 2018 - France - Gaza
A Paris, la police refoule la flottille de la liberté !


L'action non-violente est quotidiennement au coeur de combats contre la colonisation israélienne en Palestine qui en toute impunité internationale commet des crimes d'Etat sur toute une population et maintient un blocus mortifère…

Le 17 juin, c'est à Paris que faisait une halte deux bateaux de militants non-violents internationaux venus de Suède et de Norvège et en chemin vers Gaza pour y manifester leur solidarité. C'est la que la police fluviale les a empêché d'accoster...





Flottille de la Liberté pour Gaza - Paris interdit à la solidarité internationale


"Depuis 11 ans Israël inflige un blocus illégal et inhumain à la Bande de Gaza. S’y sont ajoutées quatre attaques militaires massives et la violence quotidienne de l’occupation, comme lors des Marches du Retour depuis le 30 mars 2018, violemment réprimées par l’armée d’occupation israélienne (plus de 130 morts et 13 000 blessés). Devant l’impunité dont jouit Israël, des militant.e.s de la solidarité veulent apporter aide et solidarité aux Palestiniens de Gaza, en tentant de briser le blocus par la mer.

La flottille était à Paris ce 17 juin 2018, en route vers la Méditerranée. Deux petits voiliers suédois remontaient la Seine quand ils ont été vigoureusement interceptés par la police fluviale. D’abord longuement retardés par un contrôle plus que pointilleux à l’écluse de Suresnes, ils ont pu repartir vers les quais de Seine encadrés par les cerbères de la Préfecture, plutôt contents d’eux. Harcelés pendant des heures par deux ou trois vedettes de la brigade fluviale, ils ont maintenu le cap vers les quais sous l’Institut du Monde Arabe où les attendaient M. Jack Lang, son président, Madame Leila Chahid, Madame Christiane Hessel et des élu.e.s ainsi que l’ambassadeur de Palestine et quelque 300 citoyen.ne.s de Paris. Le rassemblement était dûment autorisé.

Quand les bateaux que nous accueillons et soutenons ont voulu s’arrêter au bord du quai - largement occupé par de nombreux bateaux de la fluviale - les vedettes et zodiacs les en ont vigoureusement empêchés, les collant à la coque et les poussant loin du quai puis les contraignant à s’éloigner vers l’amont, suivis tout le long du quai Saint Bernard par une douzaine de fourgons de police. Des rangées de policiers contenaient dans le même temps les manifestants pacifiquement rassemblés afin de leur interdire l’accès au quai.

Les organisateurs de cet accueil s’indignent de la politique scandaleuse de l’Etat français qui refuse dans sa capitale l’arrêt de deux embarcations pacifiques en mission de solidarité avec les deux millions de Palestiniens de Gaza, emprisonnés par un blocus implacable que condamne la communauté internationale dont la France. Refusant d’assumer cette contradiction et d’agir concrètement pour la levée effective du blocus de Gaza, affichant une grave irresponsabilité dans le traitement infligé à la flottille à Paris, la France a-t-elle choisi le camp de la force brute et du déni du droit ?"



Flottille pour Gaza : lettre de Christiane Hessel et Brahim Senouci au Président

"En ce dimanche 17 juin, nous nous apprêtions à accueillir deux petits bateaux faisant route vers Gaza. Ces bateaux transportaient des militants étrangers qui souhaitaient marquer leur solidarité avec la population de Gaza qui vit depuis bien longtemps une situation tragique. Avec de nombreux Parisiens, nous voulions leur dire notre sympathie et notre considération sur le quai prévu pour notre rencontre.

Cette escale a été interdite. Les bateaux ont été arraisonnés et conduits sous bonne escorte policière, loin de nous. Nous n’avons pu que les saluer de loin.

Nulle raison ne saurait être invoquée pour cette interdiction de fait. En vertu de quel principe interdit-on à un bateau voguant sur la Seine d’accoster. De quel droit l’interdit-on à des militants qui demandent simplement justice ? Ces marins ne demandent rien d’autre que la levée du blocus de cette bande de terre, densément peuplée, quasiment dépourvue d’eau potable et d’électricité. Ces marins ne veulent rien d’autre que porter assistance à peuple en danger, règle fondamentale de l’humanité.

Plusieurs initiatives ont été prises par le passé. Des dizaines de bateaux, dans lesquels avaient pris place des personnalités prestigieuses avaient tenté d’accoster à Gaza. Ils ont été systématiquement arraisonnés, souvent de manière brutale. Ces arraisonnements se sont même soldés par l’abordage, en 2010, d’un bateau turc, le Mavi Marmara, et la mort de neuf de ses passagers !

Cela ne nous a pas surpris. Nous connaissons le peu de cas que fait l’armée israélienne de la légalité et de la justice internationale.

Mais que l’on arraisonne deux petits bateaux transportant des militants parfaitement pacifiques au cœur de Paris est de nature à nous inquiéter. L’Hybris israélienne aurait-telle trouvé droit de cité en France ?

Gaza se meurt. Sous l’effet des multiples assauts militaires et du blocus israélien, la CNUCED, organe de l’ONU chargé des questions de développement et du commerce estime que cette bande de terre pourrait devenir invivable en 2020. Serait-ce le but poursuivi par les apprentis sorciers d’Israël ? Caresseraient-ils le rêve d’être débarrassés, presque sans coup férir, de deux millions de Palestiniens ?

La complicité des nations, et même leur inaction, leur vaudront de passer devant le grand tribunal de l’Histoire. Et surtout, qu’ils ne comptent pas sur l’oubli.

Nous n’oublierons pas !"




Edité par csv, le 23/06/18 à 16:12

Commenter l'article 335 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron











Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 133864

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site