Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/03/2019 n 13:50
LU POUR VOUSn Article n°20.1 n 07:33 n 23/03/09 n Editeur : csv
Agnès Tricoire
La solidarité n'est pas un délit

mars 2009

-
Agnès Tricoire, avocate, membre du bureau national de la Ligue des droits de l’homme, juge que le film de Philippe Lioret, Welcome éclaire un combat politique trop peu relayé par les médias, dans un article de Politis qui dénonce l'institution d'un « délit de solidarité ».

Texte paru sous le titre "Welcome to Welcome"



"Depuis des années, des associations se battent aux côtés des immigrés clandestins, victimes d’une politique de quotas inique et coûteuse qui se décline en drames humains, parfois jusqu’à la mort, en déchirement des familles, en privation de liberté dans des centres de rétention qui ne garantissent pas le respect de la dignité des personnes, et en inégalité des droits pour les salariés qui paient des cotisations sociales sans pouvoir en bénéficier…

Cette longue liste de sévères critiques que l’on peut faire, dans une société de droit, à la politique de l’immigration ne serait pas complète sans le parachèvement symbolique du projet. Baptiser le ministère de l’Immigration ministère de l’Identité nationale revient à inscrire dans le marbre une xénophobie d’État.

Comme toute politique fondée sur la terreur et le rejet de l’autre, elle s’applique, sous couvert de réprimer les passeurs et tous ceux qui exploitent cette misère humaine, aussi, et délibérément, à pourchasser ceux qui soignent, donnent des conseils juridiques, servent des repas, rechargent les téléphones portables. Le gouvernement actuel a réinventé le délit de solidarité, rayant du même coup le mot fraternité de notre devise républicaine.

Dans une période de crise où toutes les libertés sont en grave régression, où tout problème social se règle à coup de surveillance et de répression, où nos édiles incitent à la délation et encouragent à la haine (de la « racaille »), chaque voix qui se lève pour protester, discuter, contester est immédiatement l’objet de poursuites pénales.

Quand des passagers assistent à un retour musclé et muselé au pays, ils doivent se taire. Sinon, ils sont interpellés, gardés à vue, puis mis en examen. Quand des militants apportent une aide humanitaire aux migrants qu’ils voient passer « tout crottés » devant leur porte, ils se retrouvent en garde à vue dans les locaux de la police aux frontières.

Mais aurait-on tant parlé, dans les médias, de Monique Pouille, bénévole de l’association Terre d’errance, qui vient de subir cette expérience, si Welcome, de Philippe Lioret, n’avait pas salutairement provoqué un débat sur la pénalisation des ­personnes qui viennent en aide juridique ou humanitaire aux migrants ?

Le sens tactique du ministre de l’Identité nationale, Éric Besson, confine au sublime quand il s’en prend au réalisateur du film, exigeant de lui des « excuses ». Et pourquoi ne pas le mettre en examen, pour avoir osé le parallèle entre la situation actuelle et 1943, comme c’est arrivé à l’avocate Cynthia Galli, objet d’une plainte disciplinaire et d’une enquête pénale à la requête du préfet de Lyon pour avoir osé un parallèle du même type ? Il y a des cibles plus aisées que d’autres, et mon professeur de droit pénal, le grand Jacques Léauté, m’avait appris, il y a longtemps, la théorie de la sélection de la victime : toujours s’en prendre au plus faible est la marque de fabrique du délinquant.

Ce gouvernement ne veut pas être comparé à celui de Vichy ? On le comprend. Mais alors, qu’il n’utilise pas des méthodes qui légitiment ce parallèle, le populisme et le soupçon – qui relève de la diffamation caractérisée –, la répression de la contestation, la transformation de l’Europe en forteresse, la constitution et le croisement de fichiers, les caméras de surveillance, l’ADN, la biométrie, l’obligation de dénoncer les sans-papiers faite aux travailleurs sociaux, les arrestations à l’hôpital, à l’école…

Vincent Lindon, interprète du magnifique personnage de Welcome, qui, d’indifférent, se mue en citoyen acteur, s’est fait le porte-parole d’un combat politique que nous, associatifs, avions bien du mal à voir relayé par les médias et par l’opposition. Protestant contre cette loi qui menace indistinctement de cinq ans de prison les passeurs et les associations ou les simples citoyens, il a proposé, sur France 3, de la modifier en précisant que ne devait être poursuivie que « l’aide à but lucratif ».

Éric Besson, qui prétend généralement que la loi ne s’applique qu’aux passeurs, s’est dévoilé en répondant que « parfois, par conviction et pas simplement par intérêt lucratif personnel, on peut se mettre hors la loi en entrant dans une filière, et c’est ça qu’il faut réprimer ». Comment le ministre peut-il à la fois récuser le parallèle avec Vichy et faire de tels amalgames ? La société civile est dans son rôle quand elle fait contrepoids à la violence d’État, et elle doit être protégée. Ce délit d’opinion et de solidarité doit être supprimé.

Welcome nous fait ce formidable cadeau de montrer au grand public, au travers d’une histoire sensible, l’inhumanité qui s’installe immanquablement lorsque les droits sont bafoués. Ce film fait de la politique, au sens noble du mot, puisqu’il incite les parlementaires de l’opposition à ouvrir les yeux et proposer de changer la loi. Devant la vérité du film, l’État, qui tente de casser la solidarité, de briser l’élan et le courage, ne peut que mentir, pour masquer qu’il viole les droits, maltraite, harcèle et traque. Alors, il devient schizophrène et paranoïaque.

Agnès Tricoire, avocate,
membre du bureau national de la Ligue des droits de l’homme
Politis - 19 mars 2009


Lire le texte sous pdf
Edité par csv, le 23/03/09 à 07:53

Commenter l'article 20 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron





Sommaire de la rubrique :

"Le MAN Aveyron a lu pour vous" (depuis 2013)

"Le MAN Aveyron a lu pour vous" (2008 à 2012)

Des adhérents vous proposent des textes...






Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN (2.14 MB)



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 138308

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site