Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dnouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/04/2019 n 08:47
POUR APPROFONDIRn Article n66.1 n 20:50 n 09/10/12 n Editeur : csv
octobre 2012
Printemps qubcois - Non-violence et dsobissance
civile

Un guide de la non-violence inspir du printemps qubcois


Ralis en collaboration avec une militante tudiante, actrice du mouvement, Laurence Guenette, par le centre de ressource sur la non-violence du Qubec, le "cahier de la non-violence" se veut un guide de rflexion et d'inspiration militante qui se nourrit du mouvement social du printemps 2012.


-

De la lutte tudiante au Printemps rable

Au printemps 2012, lhistoire de la lutte pacifique au Qubec se sera considrablement enrichie. Une retentissante victoire, bien entendu partielle, cest le rsultat de la lutte populaire pacifique pilote par le mouvement tudiant. Le mouvement social et communautaire aura beaucoup apprendre de ce mouvement nouveau genre.

Le 13 fvrier 2012, les associations tudiantes du Qubec sengagent dans un mouvement de grve pour sopposer au dsir du gouvernement Charest daugmenter de 75 % sur cinq ans les frais de scolarit dans les Universits. Le gouvernement de la province, ntant plus en phase avec les citoyens, oublie que la population demeure fortement attache un systme ducatif qui favorise laccessibilit prix abordable des tudes universitaires. Ce systme est sans contredit une des pierres dassises de lmancipation des Qubcois depuis la Rvolution tranquille .

Cest de cette menace laccessibilit quune incroyable lutte populaire et pacifique mergera.

-



Actions diversifies et cratives

De nombreuses manifestations et occupations ont lieu et impressionnent par leur frquence, leur crativit, leur ampleur et la diversit des moyens de lutte utiliss. On parle de centaines dactions conduites par les militants tudiants, de membres dassociations tudiantes et de citoyens en provenance de milieux trs diffrents.

Dans une certaine mouvance anti-mondialisation et anarchiste, quelques unes surtout avant les mobilisations de masses, tournent laffrontement avec les forces policires. Mais le 22 mars et le 22 avril, le Jour de la terre , constituent sans contredit des points tournants. De gigantesques marches solidaires qui regroupent des centaines de milliers de citoyens parcourent les rues de Montral. Les groupes de casseurs sont de plus en plus perus comme marginaux et leurs actes de provocation, inefficaces, sont contests.
Le mouvement de grve a le vent dans les voiles et ds le 1er mai 175 000 tudiants des associations collgiales et universitaires composent le mouvement de grve gnrale illimit et seront le ferment dun vaste mouvement de lutte social qui branlera toutes les rgions de la province. Inspirs par les principes de lutte autonome de la CLASSE, les groupes daction, multiples, refusent daviser les autorits des actions, des cibles et des itinraires. Les dplacements sont improviss ; ce qui perturbe jour aprs jour le fonctionnement de la mtropole du Qubec, la ville de Montral.

-



Intransigeance et judiciarisation

Malgr la croissance rapide du mouvement et les pressions continues de la rue, le premier ministre Charest campe dans une position dintransigeance et refuse mme de rencontrer les dirigeants tudiants. Certains amnagements sont proposs via sa ministre, mais la ligne de la hausse des frais, chacun doit faire sa part , est maintenue. En parallle le gouvernement facilite et encourage une judiciarisation du conflit en incitant et facilitant le dpt dinjonctions et de poursuite en recours collectifs dtudiants contre les obstructions au fonctionnement des institutions dducation des Associations tudiantes. Cest un vritable cul de sac politique.

Au lieu dintimider et de dcourager la mobilisation, ces gestes attisent la lutte. Les manifestations se multiplient. La force politique que constitue cette mobilisation jeunesse est incontestable et mnera un vritable drapage dmocratique du gouvernement en place.

La population est indispose. Le gouvernement est forc dagir. Ce gouvernement qui termine son troisime mandat, est un an dune chance lectorale oblige ; et son pouvoir est min par de nombreux scandales de corruption. La ligne dure face la rue pourrait rallier son lectorat, il joue le tout pour le tout. Malgr la forte pression qui se maintient et une exaspration des citoyens, le premier ministre Charest refuse toute concession et dpose le projet de loi 78. Adopt le 18 mai, cette loi a pour but de permettre aux tudiants de recevoir l'enseignement dispens par les tablissements de niveau collgial et universitaire auxquels ils sont inscrits.

La loi spciale impose dimportantes contraintes au droit de manifester, de piqueter et dimposer les dcisions prises lors des assembles gnrales tudiantes. Mais surtout, cette loi prvoit des pnalits financires tellement leves pour les associations tudiantes, quelle semble viser en finir avec le droit dassociation des tudiants. Cette loi lve une indignation gnralise auprs de tous les acteurs sociaux de la province.

-


Popularisation de la lutte

Cest un point tournant de la lutte. Un vritable printemps qubcois, un Printemps rable merge. Lintransigeance, la rpression, documente par les rseaux sociaux, et maintenant une Loi Spciale autoritaire ; tout cela concourt, pour les mouvements sociaux dj exasprs par le gouvernement, motiver le soulvement. Et cest la dsobissance pacifique des masses qui sen suit.

Les manifestations deviennent quotidiennes et un vritable concert de casseroles se fait entendre dans la mtropole. Ce mouvement contamine la province, est ressenti dans tout le pays. Lenjeu de la lutte tudiante commence faire le tour de la plante. Les acteurs sociaux et une importante tranche de la population est indigne et dfie en masse et quotidiennement la Loi. Les autorits policires ne sont plus ni avises des manifestations quotidiennes ni de leur trajet. Soir aprs soir, les manifestations partant de la Place milie Gamelin en plein centre-ville sont dclares illgales par les forces de lordre. Des milliers de personnes, tudiants, militants et simples citoyens indigns dfient la loi que les forces policires nosent pas mettre en application.

Laction citoyenne dornavant agrmente du bruit des casseroles est dfiante, pacifique et massive. Dornavant, cest la rue contre le gouvernement.

-



De la rue au scrutin
La rue ne lche pas prise

Confiant quune fuite en avant lui permettrait de gagner tous ses paris, le gouvernement qubcois devance sa dcision de tenir des lections et dcide de tenir le scrutin en t, en pleine lutte sociale. Le pari est que llectorat du statut quo, fidle au gouvernement, votera et permettra une rlection. On mise aussi sur le fait quune majorit de la population sopposant au gouvernement sera en vacances ; et que les jeunes voulant dfaire le gouvernement et qui ne votent que peu, seront difficilement mobilisables en cette priode. De plus, le moindre drapage dans la lutte sociale pourrait souder une part considrable de la population derrire le gouvernement.

Ds lannonce de la campagne lectorale, le gouvernement affiche ses couleurs cest : la loi et lordre ; contre la rue et la confrence de presse qui lance la campagne attaque directement le leadership tudiant. Plusieurs voient en ce geste politique un pur machiavlisme ; une action politique de manipulation honteuse.

La raction populaire cette dcision politique est tout ce quil y a de plus impressionnante. On entend certains appels confronter la loi et le gouvernement sortant, en campagne lectorale ; mais rien de tout a ne se ralise. Premire salve du mouvement tudiant ; le porte-parole de lassociation tudiante la plus radicale, la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, dmissionne. Il tait lennemi cibl par le Premier Ministre au lancement de la campagne. Un second leader des associations tudiantes Lo Bureau-Blouin annonce sa candidature au Parti-Qubcois, le parti dopposition. Puis, Martine Desjardins de la Fdration universitaire annonce la mobilisation des jeunes pour le scrutin. Dfinitivement, la joute se fera dans larne lectorale.

Par, on ne sait quelle magie ou quelle stratgie, la lutte passe clairement et instantanment de la rue aux urnes. Les unes aprs les autres, les assembles gnrales tudiantes annoncent une trve lectorale et des assembles suite au scrutin pour dcider des moyens pour poursuivre de la lutte. Le gouvernement est dans la brume totale pour sa bataille lectorale, il na plus dennemi palpable ; la rue ne risque plus de draper et les attaques contre la violence de la rue ne porte plus.

Quelques actions doccupation bruyante de locaux en fin reviendront mettre lagenda de la fin de campagne les enjeux tudiants. La campagne du gouvernement sortant ne lvera plus !

-



La victoire !

Au lendemain de llection, la chute de ce gouvernement, trs proche des intrts financiers est brutale. Mme le premier ministre Charest nest pas lu dans sa propre circonscription. Le Parti Qubcois, dont loption souverainiste ne semble plus mobiliser autant, est lu minoritaire dans une lection avec un taux record de participation de 74 %.

Mme essentiellement non-violente, une lutte sociale menace et perturbe les gens. Un vritable choc viendra ternir cette victoire de la lutte sociale, le soir du 4 septembre, la premire ministre indpendantiste lue, Pauline Marois chappe par miracle un attentat politique.

Lattentat, conduit par un anglophone perturb par latmosphre de gurilla pacifique, mais acrimonieuse des derniers mois choue de prs. Larme du drang, une AK-47 sest enraille avant dentrer dans la salle des festivits de la victoire du nouveau gouvernement. La nouvelle premire ministre annonce quelle annulera la hausse des frais de scolarit. Le nouveau gouvernement annonce aussi quil abrogera la loi spciale. Il sen est fallu de peu !

Lo Bureau-Blouin, ex prsident de lassociation collgiale devient le plus jeunes dput lu de lhistoire de lAssemble nationale du Qubec. Les prsidentes des fdrations tudiantes collgiale et universitaire affirment quavec les annonces du nouveau gouvernement le conflit est termin. Mais lassociation tudiante la plus militante la Coalition large des associations pour une solidarit syndicale tudiante (CLASSE) veut, ce jour, poursuivre la lutte, et vise maintenant le retour la gratuit scolaire qui a t la base de la Rvolution tranquille des annes 60.

Une page importante de la lutte sociale qubcoise vient de scrire, elle a dmontr la force et le pouvoir dun peuple indign qui se mobilise et passe laction. Ce printemps a dmontr que, contrairement aux croyances rpandues, la mobilisation sociale pacifique est possible et peut mener des gains importants.

Le contexte dattentat rat nous rappelle aussi la fragilit de lexercice de la lutte populaire. Le dfi de ce mouvement reste par contre le mme que partout ailleurs ; suite dimportants gains, comment maintenir la pression populaire pour forcer un changement en profondeur ?

-


Pour approfondir :

Lhistoire de la lutte pacifique au Qubec

Le droulement de la lutte non-violente du Printemps Qubcois

Tlcharger le guide de la non-violence
Edit par csv, le 12/10/12 10:41

Commenter l'article 66 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les rseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron









Tous les derniers mardi du mois : venez participer un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne Rodez 18 h





Se former la rgulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Tlcharger la plaquette de prsentation des IFMAN



-

Ce site a t dvelopp et est hberg par l'association ""Naucelle Web Site"
*/centre*

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189752

Systme Interactif Rdactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site