Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dnouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
18/04/2019 n 18:25
RELATIONNELn Article n5.1 n 08/04/09 n 16:04 n Editeur : csv
12 avril 2009 - Serge Tisseron
La prvention de la violence par le jeu de rle
lcole maternelle



-
Une tude mene par l'quipe de Serge Tisseron autour de la violence des enfants l'cole maternelle. Elle s'appuie sur des jeux de rle et limpact sur les enfants des images tlvises quils voient chaque jour, souvent seuls devant leur cran.

La violence des jeunes est un problme qui proccupe tous les pays industrialiss, bien quil soit difficile de dire que les enfants daujourdhui soient plus violents que ceux dhier.

Les causes sont multiples : sociales, psychologiques, familiales Et les solutions sont elles aussi multiples : aider les parents en difficult, mieux valoriser les comptences des jeunes (notamment dans le domaine des nouvelles technologies et des images), mieux les informer sur lhabitat et lemploi, dsenclaver les banlieues, etc.

La recherche mene par Serge Tisseron et coll. (Universit Paris X) en 2007 et 2008 sur 3 coles(1) et 142 enfants a montr que le jeu de rle pratiqu lcole maternelle par les enseignants, selon un protocole particulier qui part des images qui les ont impressionns, peut participer la prvention prcoce de la violence.

Non seulement il invite les enfants transformer les gestes dagression en activit ludique tout en sappropriant le langage, mais il permet ceux qui ont tendance senfermer dans des postures dagresseur ou de victime se penser autrement, et il enrichit lventail de leurs rponses possibles dans le sens dune meilleure socialisation. Tous les enfants ont t tests par des psychologues extrieurs aux tablissements en dbut et en fin danne et compars une population tmoin. Les changements qualitatifs remarqus par les enseignants ont ainsi t confirms par des rsultats quantitatifs.

- Dans les classes avec jeu de rle, 90% des enfants ont chang de posture de rfrence en juin, alors que ce nest le cas que pour 77% des enfants des classes tmoin.

- Ce changement concerne essentiellement les enfants identifis en septembre aux agresseurs et aux victimes (dans les classes avec jeu de rle, 92% des enfants qui adoptaient cette posture en septembre en ont chang en juin, alors quils sont 62% dans les classes tmoin). Le jeu de rle na en revanche pas deffet sur les enfants qui sidentifient en septembre aux autres postures (observateur, redresseur de tort et craintif- fuite).

- Le jeu de rle augmente la proportion denfants adoptant une posture dvitement de laffrontement et dappel ladulte. Le pourcentage denfants qui sidentifient cette posture est le mme dans toutes les classes en septembre 2007 (aux alentours de 20%), mais il passe 35% en juin 2008 dans les classes avec jeu de rle alors quil reste le mme dans les classes tmoin. Cette recherche montre quil est possible de lutter contre la tendance de certains enfants sidentifier prcocement et en toutes circonstances un agresseur ou une victime sans en stigmatiser aucun. Il est essentiel de promouvoir sa gnralisation en proposant une formation optionnelle aux enseignants intresss (sous la forme de trois journes sur une anne) et de mettre en place une tude longitudinale pour voir comment voluent, en primaire puis collge, les enfants qui ont bnfici de jeu de rle en maternelle :


introduction du rapport :

-
"Tous les enseignants ont constat que des enfants de plus en plus jeunes sont capables dactes de violence de plus en plus graves, et nombre de psychiatres reconnaissent actuellement ce fait. Pour beaucoup, ces enfants se manifestent ds lcole primaire, mais la vrit est quon les identifie souvent ds la classe maternelle. Certains sinterrogent : est-ce le rle de lcole de tenter de pallier cette situation ? Nous rpondons : pourquoi pas, condition que cela nempite pas sur ses rles spcifiques.

Commenons alors par rappeler ceux-ci. Lcole maternelle doit permettre de poser les bases des apprentissages qui seront dvelopps plus tard lcole lmentaire, notamment la matrise du langage oral. Un enfant qui ne matrise pas suffisamment la langue orale aura beaucoup de mal apprendre lire et crire, et il risque de se retrouver rapidement marginalis. Mais qui dit langage oral dit aussi socialisation. Lenfant, comme ladulte, ne mobilise son dsir de mettre en mots ses expriences du monde que pouss par ses motions et press par le dsir de les faire partager, mais il ne savance sur ce chemin que sil rencontre une personne ou un groupe prt lcouter. Cest pourquoi une pdagogie centre sur lexpression orale doit faire la fois une large place la motivation - cet tat dveil particulier qui incite rpondre une sollicitation et la vie du groupe. En pratique, cela signifie que pour favoriser lexpression orale de tous les enfants, il est essentiel de mettre en place des activits qui suscitent chez eux le dsir de parler, et en mme temps de prparer chacun couter tous les autres afin dlaborer un discours collectif.

Pour y parvenir, les enseignants semploient mobiliser la curiosit des enfants autour de sujets aussi varis que les chenilles et les papillons, les nuages et la pluie, et bien sr les chiffres et les lettres. Mais paralllement ces situations cres de toutes pices pour faire ragir les enfants motionnellement et verbalement, il en existe dautres quils vivent chacun de leur ct, dans leur environnement familial.

Ces expriences font partie de leur intimit et il nest videmment pas question que les enseignants leur proposent den parler. Pourtant, parmi elles, il en existe une catgorie que tous les enfants ont en commun : il sagit de limpact sur eux des images tlvises quils voient chaque jour, souvent seuls devant leur cran. Pourquoi ne constitueraient-elles pas elles aussi un matriel dchanges utilisable lcole ?

Lorsque jai commenc proposer des enfants de classe maternelle de parler des images quils avaient vues, jai aussitt t frapp par plusieurs choses. Tout dabord, chez beaucoup dentre eux, il y a urgence ! Il leur est pnible dattendre leur tour de parole. Cest bien comprhensible : tous ont vu des images qui les ont bouleverss et dont ils ont hate de parler, car personne, dans leur entourage familial, ne remplit ce rle.

Ensuite, les images qui les bouleversent les incitent faire un effort de langage pour remettre leurs motions une distance raisonnable Ceux qui ont des difficults construire des phrases ny arrivent videmment pas mieux que dhabitude, mais tous en ont le dsir. Et ce dsir a le pouvoir de mobiliser ceux dentre eux qui restent lcart des activits dveil habituelles. En fait, ces enfants l ont souvent renonc la conqute du sens. Ils sont replis et dj dfaitistes, tout occups se protger dun monde dans lequel les menaces leur paraissent lemporter largement sur les promesses de bonheur. Et comme ils ne parlent pas de leurs inquitudes et que personne ne leur en parle, il leur semble quils sont les seuls les prouver et ils se marginalisent encore plus. Leur proposer de parler des images qui les bouleversent, cest les inviter mettre des mots sur une cause majeure de leurs inquitudes, et cest aussi les inviter dcouvrir quils les partagent avec dautres.

Enfin, ds quon invite des enfants des maternelles parler de ce quils ont vu sur les crans, le corps et le mouvement sont sollicits plus encore quavec des enfants plus grands. La recherche que jai mene entre 1997 et 2000 sur limpact des images violentes montrait en effet que beaucoup denfants ags de 11 13 ans ont besoin de passer par le jeu corporel pour construire leurs reprsentations du monde.

Lorsque notre protocole de recherche a fait lobjet dune exprimentation dans le sud de lItalie, nous avons dailleurs dcid, sur la foi des rsultats obtenus en France, de donner encore plus dimportance au jeu de rle. Et nous avons confirm notre impression que beaucoup de pradolescents qui disaient navoir rien raconter sur leur environnement audio visuel devenaient trs loquaces aussitt quon les invitait jouer une squence de leur choix. Le film Titanic venait de sortir cette poque dans les salles italiennes et tous les garons jouaient la mme, celle o un
marin tue un passager qui veut sembarquer sur les chaloupes rserves aux femmes et aux enfants, puis, affol par son geste, se tire une balle dans la tte !

Quant aux filles, elle prfraient se mettre en scne, droites la proue du navire... Ces enfants navaient rien dire parce que leur motion avait t si forte quil fallait dabord quelle puisse passer travers le corps, parce que cest dans leur corps quelle stait inscrite. Cest donc sur ce chemin que nous avons dcid de nous avancer avec les enfants gs de 4 et 5 ans, en leur proposant de participer des jeux de rle.

Mais que faut il entendre par ce mot ?Entendons nous bien : le jeu de rle nest pas du psychodrame. Alors que dans celui-ci, un thrapeute interprte les comportements de chacun, le jeu de rle exclue toute interprtation. Il est plutt une faon dinviter jouer comme au thatre en apprenant faire semblant. Cest dailleurs une activit que beaucoup denseignants organisent spontanment, mme sils ne lappellent pas ainsi ! La diffrence est quils le font en gnral partir de contes et de rcits, alors quici, ils taient invits prendre pour point de dpart les images qui avaient boulevers les enfants.
Mais avant dentrer dans lexpos de ces rsultats, voyons quel problme cette recherche a prtendu rpondre, et surtout quelle mauvaise solution elle voulait sopposer..."

Lire et tlcharger le rapport Tisseron : "Le jeu de rle lcole maternelle : une prvention de la violence par un accompagnement aux images"


Serge Tisseron est Psychiatre, psychanalyste
et Directeur de recherches l'Universit Paris X.


Voir le blog de Serge Tisseron
Edit par csv, le 27/01/10 08:59

Commenter l'article 5 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >



Rejoignez le MAN Aveyron sur les rseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








Se former la rgulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Programme des stages individuels proposs par l'IFMAN sud-ouest





"Une exprience en Aveyron l'coute des enfants"

-


Tlcharger le document (3 Mo)




-

Ce site a t dvelopp et est hberg par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 178532

Systme Interactif Rdactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site