Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
18/04/2019 n 18:44
RELATIONNELn Article n°103.1 n 07/03/16 n 18:34 n Editeur : csv
13 mars 2016
En Suisse, désamorcer la violence dans les couples
d’ados


Lu dans la Tribune de Genève du 7 mars 2016, cet article de Joëlle Fabre sur la violence dans les couples d'ados. Il évoque un projet éducatif pilote, testé auprès de 300 jeunes de 13 à 18 ans.

Où l'on enseigne que : "non, il n’est pas normal de contrôler tout ce que fait l’autre, de lui dicter son comportement ou de lui interdire une tenue vestimentaire. Non, la jalousie et la possessivité ne sont pas des preuves d’amours..."


-


"Une étude publiée en 2011 a montré qu’en Suisse, 62% des filles et 29% des garçons ont déjà été victimes d’un acte de violence sexuelle pouvant aller du harcèlement sexuel jusqu’au viol et que, dans 45% des cas, les auteurs de ces actes sont le petit ami ou l’ancien flirt.

A quand des cours d’éducation sentimentale non violente à l’école? On n’en est pas encore là, cependant, le projet pilote «sortir ensemble et se respecter», testé sur quelque 300 jeunes de 13 à 18 ans, répond à un réel besoin et devrait être pérennisé. A Lausanne, la ministre vaudoise Jacqueline de Quattro a présenté lundi une évaluation prometteuse de ce programme initié en 2013 pour prévenir les dérapages dans les premières amours et éviter que la violence ne perdure à l’âge adulte.

Conduit conjointement par le Bureau vaudois de l’égalité, la Fondation Charlotte Olivier et l’Unité de médecine des violences du CHUV, le projet a été développé dans plusieurs institutions en contact avec les jeunes: centres de loisirs, centres de prévention, foyers ou encore structures de perfectionnement scolaire. Neuf séances par petits groupes, basées sur des scènes de la vie quotidienne et des jeux de rôles, animées par deux intervenants. De quoi réfléchir au respect de soi et de l’autre, aux représentations du rôle de l’homme et de la femme, à la définition des abus. De quoi aussi développer des stratégies de communication et de gestion de la colère.

Deux tiers des jeunes sondés précisent que ce projet a largement répondu à leurs attentes et leur sera utile dans leurs relations de couple. Trois quarts des ados estiment être mieux armés pour aider un ami vivant des relations abusives. Parmi les participants, beaucoup ont pris conscience d’avoir déjà agi violemment ou subi de la violence physique ou psychologique dans le cadre d’une relation sentimentale. La plupart de ceux qui ont suivi ce programme démontrent une attitude moins favorable aux stéréotypes de genre. Non, il n’est pas normal de contrôler tout ce que fait l’autre, de lui dicter son comportement ou de lui interdire une tenue vestimentaire. Non, la jalousie et la possessivité ne sont pas des preuves d’amours...

Les informations collectées dans le cadre de cette évaluation vont servir de base à un nouveau matériel pédagogique qui sera disponible au début de l’été."



Edité par csv, le 13/03/16 à 06:10

Commenter l'article 103 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >



Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Programme des stages individuels proposés par l'IFMAN sud-ouest





"Une expérience en Aveyron à l'écoute des enfants"

-


Télécharger le document (3 Mo)




-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 178581

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site