Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/04/2019 n 07:52
RELATIONNELn Article n°89.1 n 16:10 n 26/03/15 n Editeur : csv
27 mars 20015
Regards sur la parentalité par Laurent Ott


Le 10 mars 2015 le Réseau des centres sociaux de l'Aveyron a organisé une conférence à Sébazac sur le thème « Etre parent ce n'est pas un métier » . Elle était animée par Laurent Ott ,éducateur, enseignant, docteur en philosophie, animateur, militant associatif et formateur en école de travail social.

Vous trouverez ci-après les principaux points de la conférence et du débat retenus par une participante.


-
Laurent Ott

"Aujourd'hui on constate un grand intérêt des Institutions sur la question de la parentalité. D'où vient cet intérêt ?

La parentalité est un nouveau mot qui apparait dans les années 80.

Depuis ces années là on note des modifications profondes. L'école réclame l'engagement des parents, de la négociation avec eux. Dès 1984 le ministre de l' Education Nationale réduit le champ de l'école à l'apprentissage des « fondamentaux » et dans le même temps s'exprime le besoin de relation avec les familles. Cette politique a continué malgré les changements de ministres.

On assiste à un double mouvement, l'école comme sanctuaire de la transmission du savoir et l'affirmation que famille et école doivent agir ensemble. Cette contradiction se traduit par le développement de multiples informations pour attirer les parents.

Ce sont toutes les institutions qui se sont mises à réclamer le soutien des parents.

« Reparentaliser » les parents ?

On assiste à un discours assez généralisé et négatif sur les parents : ils n'éduquent plus, ils ne sont pas responsables...C'est la thèse de la démission parentale. On parle de compétence parentale pour parler de l'incompétence parentale. Aujourd'hui on s'amuse avec les mots, le vocabulaire a évolué, on dit le contraire de ce qu'on veut dire. Par exemple. L'échec scolaire est devenu réussite éducative, on ne chasse pas les Roms on les évacue, les étrangers ne sont pas expulsés mais reconduits à la frontière...

Autre vocabulaire : « Les parents les premiers éducateurs ». L'idée dominante est que le rôle des parents c'est d'être des éducateurs. Cette idée a coïncidé avec l'effondrement des milieux tels que les milieux ouvriers, paysans...

C'était dans le milieu que l'enfant s'éduquait. Le face à face parent-enfant est nouveau. On fait porter aux parents la responsabilité de la disparition de leur groupe social ainsi que la démission éducative des Institutions.

Les parents peuvent être flattés d'être reconnus comme éducateurs. Cette responsabilisation a un double aspect : ils sont reconnus mais de plus en plus isolés avec leurs enfants.

De plus en plus de parents n'ont pas de travail, d'où exclus de la vie économique et sociale. Ils vont donc exister en tant que parents, ça évite de se poser la question de leur place dans la société.

La survalorisation du parent peut conduire à une certaine conception de la réussite. Si on veut la réussite de son enfant, il faut qu'il aille dans la meilleure crèche, la meilleure école maternelle, le meilleur collège, apprendre l'anglais dés 3 ans... On n'est plus dans la lutte des classes mais dans la lutte des places.

C'est quoi éduquer ?

Éduquer est en général défini par donner des limites, des repères, des sanctions... mais c'est aussi et surtout du lien, de la relation, de la confiance, de la reconnaissance, de la convivialité.

Avec la massification, la diversité des élèves, les enseignants s'interrogent actuellement sur l'éducation. A l'école elle est conçue surtout sous l'aspect rééduquer, cadrer, structurer, sanctionner.

Les outils des professionnels ont été construits dans la période de pleine croissance, de plein emploi, où on était assuré qu'il y aurait de la place pour tous (années 70). Il est urgent de créer de nouveaux outils adaptés au contexte actuel.

De quoi parents et enfants ont ils le plus besoin ?

Parents et enfants ont besoin d'espaces pour vivre, de soins, d'attentions. Or, les formations, notamment celles des travailleurs sociaux, préconisent la distance avec les familles et les enfants, il y a de la méfiance, il faut se mettre en sécurité. Et pourtant, il faudrait faire alliance, retrouver de la proximité. Nous vivons dans la peur de la proximité. Et pourtant les postures de proximité sont devenues essentielles : proximité relationnelle, culturelle, géographique, politique.

Les parents agents de la réussite de leurs enfants

L'objectif du parent c'est que son enfant devienne une personne qui a des ressources, de la vitalité, qui est bien dans sa peau... Parent vient de « parer », parer des coups, être un bouclier, soutenir.

Soutenir l'enfant quand il réussit mais aussi quand il ne réussit pas, même s'il est délinquant, en souffrance...

Le soutien des parents aux enfants c'est donner du soin moralement, psychiquement, ça passe par des expériences de reconnaissance.

D'après Axel Honneth, ce qui met les gens en mouvement au XXIème siècle ce n'est plus la justice ni la liberté, c'est la reconnaissance. Il décrit 3 niveaux dans la reconnaissance :

- L'amour, si on ne fait pas l'expérience de l'amour, on ne peut pas s'aimer soi même, aimer autrui et c'est la haine qui s'installe.

- Le respect , si on n'est pas respecté on ne se respecte pas, on ne respecte pas les autres, le corollaire c'est l'exclusion. Le respect est inconditionnel.« Je te respecte même si tu ne me respectes pas »

- L'estime, c'est se sentir bon à quelque chose. Si on ne fait pas cette expérience alors tout est considéré comme nul.
Les parents ont également un rôle très important par la confiance qu'ils apportent à leur enfant :confiance en soi, en autrui, en l'avenir.

L'enfant se construit par l'exploitation de son environnement
On éduque un chien.
L'enfant est un sujet qui s'éduque lui même, se construit avec ce qu'il a autour de lui, à travers l'exploitation qu'il fait de son environnement.

Le rôle des parents c'est de rendre l'environnement des enfants sécure, enrichissant, favorisant l'autonomie.
Auparavant les milieux dans lesquels les enfants s'éduquaient avaient leurs codes, aujourd'hui il faut créer l'environnement.
Les enfants ont besoin de parents qui jouent un rôle dans leur environnement, économique, social. C'est important que les parents développent une vie personnelle , épanouissante et qu'ils s'engagent dans la vie sociale, ouvrent leur territoire, sortent de chez eux.

Dans l'objectif de transformation de l'environnement Laurent Ott participe à l'association Intermèdes-Robinson qui agit pour l'amélioration de l'environnement des enfants et des familles en intervenant dans la rue avec des jeux, des livres, des ateliers, le jardinage...

Cette association permet l'expérimentation de la reconnaissance à travers l'action collective et communautaire."

-
Intermèdes Robinson, atelier

-

Edité par csv, le 27/03/15 à 12:53

Commenter l'article 89 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >



Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Programme des stages individuels proposés par l'IFMAN sud-ouest





"Une expérience en Aveyron à l'écoute des enfants"

-


Télécharger le document (3 Mo)




-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189650

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site