Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
18/04/2019 n 18:39
RELATIONNELn Article n°91.1 n 18:40 n 23/04/15 n Editeur : csv
23 avril 2015
Libérer la parole


"L’absence de langage marque souvent le début de la violence" : c'est à partir de ce constat que la revue Non-Violence Actualités a bâti son nouveau numéro sur le thème : "Libérer la parole" :

-


"L’être humain peut être décrit comme un être de parole, sa nature sociale implique cet usage pour habiter les échanges interindividuels. Il est l’espèce qui a le plus développé cette aptitude, multipliant sa capacité à produire une diversité (langues, dialectes…) et une complexité (vocabulaire, grammaire…) telles qu’elles imposent un long, et parfois douloureux, apprentissage. Sans cela, pas d’outils pour organiser de façon cohérente la vie du groupe ou pour transmettre l’expérience acquise de génération en génération. D’ailleurs, notre culture avant d’être écrite n’était-elle pas nécessairement orale ?

Le langage ne peut être réduit à son aspect fonctionnel. Il est l’un des moyens que l’homme pourra utiliser pour décrire son monde, définir sa pensée, son ressenti et sa sensibilité. Le langage devient alors une fenêtre qui s’ouvre sur l’autre, un outil pour le connaître et le reconnaître. Nul doute que depuis des millénaires, il est l’instrument le plus puissant que l’humanité ait façonné pour modeler son univers. Ne dit-on pas que les échanges font la richesse des nations ? Plus que des marchandises, on échange des mots qui véhiculent des visions du monde, des pensées et des affects : c’est la vraie richesse échangée.

Le langage peut également être utilisé comme une arme, que ce soit de façon volontaire ou de manière inconsciente. L’absence de langage marque souvent le début de la violence. Les maux, la frustration, lorsqu’ils ne peuvent plus se manifester par les mots, empruntent alors d’autres canaux : de l’indifférence à l’agression. Il est essentiel de former l’être humain dès le plus jeune âge pour qu’il soit en mesure de trouver le langage adapté pour manifester ses affects et ses opinions. Laisser ce terrain vierge, c’est créer les conditions qui peuvent le conduire à utiliser les mots comme des armes ou la violence comme langage.

L’aspect fonctionnel du langage est enseigné à l’école ; il y occupe l’espace. Le classement PISA est le seul indicateur retenu et l’attention se porte seulement sur la capacité des enfants à faire des phrases sans « fautes »… La parole à l’école appartient à l’enseignant. Celle des enfants est négligée, ce qui ne leur apprend pas à en faire usage de façon appropriée… La situation n’est guère plus reluisante dans la famille. Pourtant des initiatives existent : elles visent à libérer la parole individuelle dans l’espace collectif, à transmettre aux enfants et aux jeunes ces capacités si nécessaires à un vivre ensemble vivant et respectueux."

Voir le sommaire et commander la revue en ligne
Edité par csv, le 23/04/15 à 18:50

Commenter l'article 91 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >



Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Programme des stages individuels proposés par l'IFMAN sud-ouest





"Une expérience en Aveyron à l'écoute des enfants"

-


Télécharger le document (3 Mo)




-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 178572

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site