Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
19/01/2019 n 20:31
SOCIALn Article n°111.1 n 13:00 n 09/09/11 n Editeur : csv
9 septembre 2011
Proposition de loi au sénat sur la formation des
enseignants à la résolution des conflits


Le 20 juillet 2011 est une date importante sur le chemin de la reconnaissance de l’éducation à la gestion non-violente des conflits. Une cinquantaine de sénatrices et sénateurs français (dont l'Aveyronnais Alain Fauconnier) ont en effet déposé une proposition de loi prônant l’introduction de la formation à la résolution non-violente des conflits à tous les niveaux du système éducatif français.

-
Photo : "Silence la violence !" Rodez


Cette proposition de loi est le fruit d’un long travail effectué par les élu-e-s en collaboration avec un collectif d’associations durant la « Décennie 2001-2010 de promotion de la culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde » votée en 1998 par l’Assemblée Générale de l’ONU. L’enjeu est fondamental : modifier le Code de l’éducation ainsi que le contenu de la formation du personnel éducatif pour y intégrer l’objectif d’éducation à la résolution non-violente des conflits.

L'exposé des motifs de ce projet de loi s'appuie par exemple sur l'enquête publiée en mars 2011 par l'UNICEF et réalisée par l'Observatoire International de la Violence à l'École, sous la direction d'Éric DEBARBIEUX, intitulé : « À l'école des enfants heureux... ou presque ».

Cette étude traite, pour la première fois, de la question de la violence scolaire dans les écoles primaires françaises du point de vue des enfants. Les conclusions de cette enquête révèlent que, si la grande majorité des enfants aiment l'école, s'y sentent en sécurité et éprouvent le sentiment de bien apprendre, une part minoritaire mais néanmoins importante s'y déclare victime de violences récurrentes et de harcèlement physique et verbal.

Ainsi, pour plus de 10% d'enfants, l'école est un lieu de souffrance. Ce rapport préconise de « centrer la lutte contre la violence par une action en profondeur sur le harcèlement entre pairs » [...] afin « d'interrompre la construction d'une victimisation continue et celle d'une carrière sinon délinquante du moins violente ».


Et de conclure :

"Il existe donc une réelle prise de conscience, au niveau international comme au niveau européen, de la nécessité d'introduire à l'école l'apprentissage de la gestion non violente des conflits, notamment comme moyen de prévenir la violence en milieu scolaire. En France, si l'éducation à la paix et à la non-violence est longtemps restée en marge du système éducatif, une prise de conscience de l'utilité d'un tel enseignement, ou du moins des principes qui y sont liés, s'est manifestée progressivement au sein du ministère de l'éducation nationale. Ainsi, l'élargissement récent du socle commun de connaissances et de compétences a permis d'introduire des compétences sociales et civiques et certains thèmes proches des principes de l'éducation à la non-violence et à la paix.

La présente proposition de loi a pour objet de donner dans notre pays la place qui lui revient à l'éducation à la résolution non violente des conflits."

Lire la proposition de loi

Edité par csv, le 28/09/11 à 22:50

Commenter l'article 111 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








cercle de silence

-

dernier mardi du mois
cercle de silence

Rodez
Préfecture
18 h








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1440 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 29733

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site