Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
21/03/2019 n 13:36
SOCIALn Article n°34.1 n 29/10/09 n 18:35 n Editeur : csv
31 octobre 2009
Echos du colloque au Sénat : télé, pas de pub
destinée aux moins de 12 ans

31 octobre 2009

Le 23 octobre 2009, le MAN organisait un colloque au Sénat sur le thème de sa Campagne "Télé, pas de publicité destinée aux moins de 12 ans".

Il a réuni plusieurs spécialistes sur la question des méfaits de la pub sur les enfants en écho à cette campagne visant à mettre en place par la législation des protections face au conditionnement des plus jeunes à l'hyperconsommation :


-


Ce colloque a réuni François Brune, Dominique Sénore, Elisabeth Bâton-Hervé, Nathalie Berguerand, Jacques Muller, Elisabeth Maheu-Vaillant, Isabelle Darnis, François Vaillant.

Vous trouverez quelques extraits de 3 interventions ci-dessous et celles-ci dans leur intégralité sur le site : www.nonpubenfants



Dominique Sénore : "la publicité télévisée nuit-elle à l’éducation des enfants ?"

Dominique Sénore est directeur adjoint à l’IUFM/UCBL de Lyon :

"La publicité en direction des enfants s’effectue par un média dominant qui est la télévision !

Les enfants n'identifient pas la pub comme étant de la pub.

Les enfants sont des consommateurs, ils sont aussi des prescripteurs.

Ils représentent une cible privilégiée pour les publicitaires.

Il est impératif d'aider chacun à s'échapper de cette séduction"


-

Dominique Sénore : "Nous avions des enfants rois, éduquons les. Ne les laissons pas devenir des enfants proies"


Elisabeth Bâton Hervé : "la publicité cachée dans les émissions de jeunesse"

Elisabeth Bâton Hervé est docteur et chercheur en sciences de l’information et de la communication :

"Une des observations importantes [du travail de recherche que j'ai effectué dès le début des années 90] a été la suivante : la publicité, loin de se cantonner aux espaces prévus à cet effet (écrans, pages publicitaires), les débordaient pour infiltrer les dessins animés et séries diffusés dans le cadre du programme jeunesse. Les jeunes téléspectateurs étaient par conséquent
exposés à des messages persuasifs commerciaux par le biais des fictions qu’ils regardaient".

"Lorsque les marques infiltrent une émission qui n’a pas vocation à véhiculer de la publicité, le téléspectateur ne suspecte pas l’intention persuasive commerciale. Récit publicitaire et récit fictif (ou récit publicitaire et récit informationnel… selon les cas) sont étroitement imbriqués. Il y a alors confusion dans l’esprit du téléspectateur qui n’est plus en mesure d’exercer son jugement et son esprit critique.

- Par ailleurs, les marques insérées dans un contenu fictif vont en quelque sorte tirer parti du contexte émotionnel dans lequel se déroule l’intrigue. Marque et émotion sont alors associées et c’est cette association qui encouragera le téléspectateur à choisir cette marque plutôt qu’une autre au moment de l’acte
d’achat.

- Enfin, nous le savons, les enfants s’identifient volontiers à leurs héros préférés. Le processus d’identification se caractérise par le désir de ressembler à la personne vénérée. En l’occurrence, ressembler au personnage favori du dessin animé, ce sera adopter les mêmes comportements et posséder les mêmes attributs."


-
De gauche à droite : François Brune, Dominique Sénore, Jacques Muller, Elisabeth Maheu-Vaillant, Isabelle Darnis, François Vaillant



François Brune : "Enfants et publicité, le conditionnement idéologique"

François Brune est écrivain et collaborateur du Monde Diplomatique :

"Qu’est-ce donc que la publicité ? La publicité, en effet, ce n’est pas ce chaos apparent de spots ou de visuels plus ou moins souriants, plus ou moins nocifs, plus ou moins
violents. La publicité n’est pas un chaos, c’est un système. Elle est à la fois la vitrine et l’acteur central de la « société de consommation »."

"Pour faire fonctionner la dite économie, à travers ses messages répétitifs, le système-pub a « vocation » et pour effet de conditionner dès le plus jeune âge le futur citoyen."

"S’agissant du « paradis » de la marchandise, le marketing et la publicité ne sont pas seuls à exercer leur emprise sur l’esprit des plus jeunes : les médias dans leur ensemble (avec les stars qui s’y vendent et les « tendances » qu’ils imposent), la philosophie dominante du
« tout tout de suite » dont tant d’adultes – faussement libérés – montrent l’exemple, tout concourt à proposer aux jeunes les mêmes modèles d’identification. L’idéologie ambiante est à tel point pétrie de schémas publicitaires que les éducateurs mêmes en sont parfois d’inconscients transmetteurs."

"La mesure centrale qui fait l’objet de l’actuelle campagne du MAN – réduire le
matraquage dont les enfants sont l’objet à la télévision – apparaît bien entendu comme un garde fou absolument nécessaire. Mais ce recul quantitatif de l’empire publicitaire ne saurait être qu’une première étape, qui doit se penser et s’articuler avec l’ensemble des autres formes de résistances, si on veut le
faire aboutir."
-



Vous pouvez toujours signer la pétition en ligne pour réclamer une protection des enfants face à ce phénomène.

Retrouvez les interventions complètes sur le site du MAN consacré à cette campagne
Edité par csv, le 14/12/09 à 07:20

Commenter l'article 34 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








cercle de silence

-

dernier mardi du mois
cercle de silence

Rodez
Préfecture
18 h








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 133775

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site